Le_journal_d_Eve

Le Journal d’Eve – Mark Twain – Ed. Mille et Une Nuits – 45 pages avec annexes

 

Evidemment je connaissais Mark Twain à travers Huckelberry Finn et Tom Sawyer, et encore, je ne les ai jamais lu. D'ailleurs,  pour le second, seule la ritournelle du générique d’une série d’animation japonaise me vient en mémoire… C’est dire mon inculture de ce grand voyageur !

Voici donc ma première lecture de Mark Twain ! Petit opus trouvé au détour de rayonnages d’une librairie de livres d’occasion située dans le quartier du Plateau à Montréal.

Et quel trésor !!!

Eve vient juste « d’arriver » à Eden, elle a remarqué un Autre : un Çà. Elle l’observe de proche en proche ou de loin en loin, c’est selon ce qu’elle découvre elle-même sur cette terre inconnue où tout est à faire.

Adam, l’a vu mais s’en méfie, elle bouge tout le temps, elle a toujours quelque chose à faire.

Ils se rencontrent, se parlent, se jaugent, se mesurent, s’affrontent, se rapprochent, puis s’ignorent, s’évitent.

Eve croque dans le fruit interdit et c’est la chute…alors il leur reste l’Amour. Ils se regardent, ils se croisent, se recroisent et se décroisent, ils ont perdu le Jardin mais se sont gagnés.

 

Quel petit bijou que ce Journal d’Eve (où Adam fait une brève incursion) ! Eve est une intello, pimbêche, prétentieuse, narcissique et hautaine mais ce n’est pas de sa faute, Dieu l’a faite ainsi. Adam, le jardinier,  passe pour un rustre, mal dégrossi et vulgaire mais ce n’est pas de sa faute, Dieu l’a fait ainsi. Elle arrive après la Création, et elle a une sacrée tâche : nommer, comprendre, expliquer, mettre du lien entre les choses et les évènements ; provoquer et faire émerger les sensations, les émotions, les éprouver et les faire ressentir à cet Autre qu’elle nomme Homme ! Elle fidélise la Lune, allume et disperse les étoiles de façon à ce que tous puissent en profiter. Elle câline les tigres, mange des pommes…Elle tente d’intéresser l’Autre, un tant soit peu à autre chose que la chasse et la sieste…Elle voudrait lui apprendre les bons mots (parce qu’il mélange un peu tout faut dire !) . Bref, elle a du boulot !

Lire ces 45 pages avec le sourire tout le long, c’est jouissif ! Un plaisir extra-ordinaire, comme un fruit défendu ! La plume de Mark Twain est acerbe mais avec une ironie douce. D’ailleurs, on pourrait se demander lequel des deux êtres du Jardin est sa cible… Eve, déjà adolescente à sa venue au Monde, ne coupe pas à la rédaction de son journal intime et on y trouve tous les ingrédients d’une bonne recette d’un bon journal rempli d’états d’âme, de coups de gueule aussi et du zeste d’hystérie qui met le lecteur en sourire.

Les pages réservées à Adam ne sont pas mal non plus ! Elle est fatigante, c’est ce qu’on en retiendra !

Deux parties pour ce texte, avant et après la chute du Paradis… avant et après l’Amour, à vous de choisir votre partie préférée !

 

L’écriture est vraiment moderne pour un écrit de la fin du 19ème siècle. On se balade avec Eve et Adam dans le Jardin d’Eden et on rit ! On choit avec eux et on sourit parce qu’on a pu imaginer, le temps d’une lecture, ce qui nous ne verrons jamais de notre vivant. On sourit encore, parce qu’avec eux, nous découvrons ce qu’ils ont gagné, et que c’est un sujet que nous maîtrisons puisque nous y sommes maintenus jusqu’à notre mort.

A lire absolument pour passer deux heures exquises !

Les annexes sont très instructives : une brève étude du texte par le traducteur Guillaume Villeneuve, et une biographie de l’auteur.

 

 

Citations :

« Oui, je crois l’aimer parce qu’il m’appartient et qu’il est masculin. Je ne pense pas qu’il y ait d’autres raisons. Et cela nous ramène à ma première réflexion : ce genre d’amour n’est pas le fruit de la spéculation et des statistiques. Il vient, simplement – nul ne sait d’où et ne peut se justifier. Il n’en a du reste pas besoin. » - p.34

 

« […]partout où elle se trouvait, là était l’Eden. » - p . 35

 

compo_100_pages

13°/15