une_saison_a_longbourn_409599

 

Une saison à Longbourn - Jo Baker - Éd. Stock - Coll. la cosmopolite - 394 pages

 

4ème de couverture:

Sur le domaine de Longbourn, vivent Mr et Mrs Bennet et leurs vénérables filles, en âge de se marier. À l'étage inférieur veillent des domectiques. Personnages fantomatiques dans le célèbre roman de Jane Austen, Orgueil et Préjugés, ils deviennent ici des êtres de chair et de sang qui, du matin au soir, astiquent, frottent, pétrissent et vivent au rythme des exigences et des aventures de leurs bien-aimés patrons. Mais ce que les domestiques font dans la cuisine, sans êtres observés, pendant qu'Élizabeth et Darcy tombent amoureux à l'étage, relève d'eux seuls... Une histoire d'amour peut en cacher une autre, et qui sait un secret enfoui risque de ressurgir.

 

Je dois l'avouer: JE N'AI PAS LU "ORGUEIL ET PRÉJUGÉS" , voilà c'est dit! Ce n'est pas faute d'avoir essayé, et à plusieurs reprises. Je pense que je suis polluée, dans mes tentatives, par les adaptations télévisuelle (BBC avec Colin Firth) et cinématographique (avec Keira Knightley) que j'ai toutes les deux beaucoup aimé.

Bref, je ne suis dit que, peut-être, en attaquant la "lacune" par un autre biais serait facilitant. Car je suis bien décidée à ne pas laisser ce défaut de lecture en l'état: j'y arriverai !

Connaissez-vous Mr et Mrs Hills, Sarah et Polly? Non? Pourtant, ils sont bien là et ont tant à dire sur la famille Bennet, ses peines, ses joies et ses secrets.

Une saison à Longbourn est un roman vraiment bien amené. On lit en filigrane les filles Bennet, les crises de nerfs de Mrs Bennet, le blasé Mr Bennet, Charlotte, Darcy, Bingley, Collins, Whickham.... tous se retrouvent intacts ou découverts; parfois de façon insoupçonnable. Et c'est ce qui donne la dimension romanesque au livre.

J'ai été emportée par les personnages et agréablement précipitée dans l'ambiance victorienne, pardon austennienne, mais du point de vue des écuries et basse-cour. Ce qui donne une autre dimension au romantisme un peu étriqué de la fin XVIIIème. Même si on devine l'issue des intrigues, les chemins empruntés par l'auteure m'ont permis de me trouver bien dans cette lecture.


C'est un roman facile, reposant et plaisant. Certes ce n'est pas du Austen et à l'heure où l'on voit fleurir des titres évoquant les Darcy, Pemberley et autres Meryton, le défi était osé. Le résultat est honorable, même si ce n'est pas le livre du siècle, ce fut un bon entre-deux pour moi, qui me redonne envie d'ouvrir le roman originel....