chers_disparus_claude_pujade

 

Chers Disparus - Claude Pujade Renaud - Éd. Actes Sud - 324 pages

 

Ce livre est arrivé presque par hasard dans ma bibliothèque: je l'ai acheté lors d'une foire aux livres au printemps dernier. Le nom de son auteur m'a accroché le regard; j'avais lu avec bonheur " Dans l'ombre de la lumière" . Le "Léonor Fini" de la couverture ne pouvait qu'attirer mon attention, j'ai toujours eu une fascination apeurée de ce peintre. J'aime les éditions Actes Sud.
Bref, une invite à la lecture que je ne pouvais pas refuser.

Le principe est bien rodé: dévoiler l'autre côté du miroir d'hommes célèbres, en ajustant la lunette à l'oeil de leurs épouses.

Ce sont donc les veuves qui s'expriment: Athénaïs Mialaret épouse Michelet, Fanny Van de Grift épouse Stevenson, Marguerite Monceau "Moreno" épouse Schwob, Marie Morneau épouse Renard et Charmian Kittredge épouse London.

On (re)découvre les auteurs, les souvenirs se heurtent à la mémoire.

 

" C'est en sortant d'elle que j'ai eu mes plus grandes idées "

Jules Michelet et l'historicisme ou comment apprendre à mettre l'histoire dans un contexte et la sortir de sa lecture chronologique et linéaire; mais voilà que l'on découvre un homme libidineux qui ne trouve l'inspiration que dans le sexe de son épouse frigide. On chemine avec Athénaïs dans ses souffrances de mère d'un enfant mort, ses refus, ses abandons dès lors qu'elle accepte son rôle de muse.

 

" Prends toute l'oeuvre:elle est tienne

Qui donc a fourbi l'épée, soufflé sur les braises somnolentes,

Hissé la cible toujours plus haut.

Avare de louanges, prodigue en critiques, qui, sinon toi?"

Robert Louis Stevenson et son style prolifique, qui s'avère être inspiré, soutenu, sollicité par son épouse. Ensemble ils iront au bout du monde, y vivront et y mourront. On apprend les secrets d'écriture de "L'Île au trésor" et la transposition si évidente des tourments de l'auteur dans "L'étrange cas du Dr Jekyll et Mr Hyde". On vit avec Fanny les dures années aux Samoa, semées de peurs, de doutes, de sueurs et de bonheurs.

 

"Je marche dans toi.

Je voudrais être tué par toi.Parce que la mort ce serait encore toi."

Marcel Schwob, auteur éclectique, malade, amoureux transi, passionné de Stevenson, époux d'une actrice de théâtre. Malade, fragile, on apprend qu'il entreprend un voyage sur les traces de son modèle Stevenson. Ses amitiés avec Colette, Jules Renard, Alphonse Daudet.

 

"Marinette paraît et la terre est plus douce aux pieds"

Jules Renard et "Poil de Carotte" reviennent immanquablement en tête, mais vite on déchante et on s'aperçoit que chez les Renard, il est question de reconnaissance non acquise, de transposition, de réglement de comptes, d'adultère et de relation incestueuse que l'on découvre au gré de la lecture que Marinette fait du journal monumental de son mari après da mort. Faut-il préserver la mémoire du défunt et faire censure ou bien transmettre les choses intactes?

 

"À ma femme très chère, dont j'aime les mains efficaces, ces mains qui ont tant travaillé pour moi, rapides et prestes; qui font naître une si belle musique; qui ont dirigé le Snark à travers des passes sauvages et des mers démontées, sûres et solides sur les rênes d'un pur-sang, douces et amoureuses lorsqu'elles caressent mes cheveux, fermes lorsqu'elles agrippent les miennes en bonnes camarades, apaisantes entre toutes. Ton mari et amant."

Jack London, enfin, rongé par son enfance, noyé dans le whisky mais qui ressucite dans les grands espaces nords-américains et devient loup. Aventurier avec Charmian à bord du Snark ou entre la rivière Klondike au Yukom (Canada) et leur ranch californienoù ensemble ils affrontent et dépassent leurs limites. Pour tenter de faire le deuil de leur fille Joy décédée et dont aucun autre enfant ne viendra combler le vide laissé, ils publient à 4 mains, lui écrie, elle corrige et dactylographie. Ils s'aiment infiniment, elle le raconte, il sait la protéger. Il est malade, alcoolique et dépendant aux opiacés et morphiniques, elle dissumulera sa mort en une ultime crise d'urémie alors qu'il s'agissait bien d'un suicide par over-dose.

 

Toutes ces veuves sont liées de près ou de loin par le rayonnement littéraire de leurs époux, mais aucune ne se connait. Elles s'appliquent, chacune, à honorer la mémoire de leurs maris pour garantir leur éternité et l'intégrité de leurs oeuvres offertes à la postérité. Chacune est pétrie d'admiration pour ces hommes, compagnons, amants, pères; chacune fait preuve d'abnégation pour laisser la place au génie créateur, mais les unes et les autres se sont réalisées dans ce lien d'amour dont elles se sont nourries, malgré toutes les souffrances, les peurs et surtout les maladies (avérées ou suggérées).

 

Confidences pour confidences, une fois encore, j'ai été agréablement emmenée par cette lecture. J'aime le style recherché et direct de Claude Pujade Renaud, cette façon qu'elle a de donner la parole aux femmes. On devient intime avec elles, on les écoute en amie parce qu'elles viennent faire vibrer cette corde empathique que l'on reconnaît quand on est femme et que l'on suppose quand on est homme. Confirmation faite que derrière chaque homme se cache une femme qui le fait devenir grand. 

Confidences pour confidences, de ces 5 auteurs je n'ai lu que "Poil de Carotte" et des écrits de Michelet. Et encore, au collège ou au lycée, il ne me restait donc que des souvenirs fades de lectures scolaires, imposées et dont je n'avais pas apprécié l'essence. À ma grande honte, je dois reconnaître que je n'ai pas même lu "L'Île au Trésor" ou encore "Croc-Blanc" et Marcel Schwob m'était jusqu'à lors complètement inconnu.

Confidences pour confidences, j'ai fait de jolies rencontres lors de cette lecture, hormis celle de Jules Michelet qui, mise en première position de l'ouvrage, a bien failli me faire refermer le livre (il y a des choses qu'on ne voudrait pas savoir!).


J'ai eu une véritable révélation à la lecture des impressions de Fanny Stevenson et Charmian London, j'ai envie de lire ces deux auteurs que je n'aurai sans doute pas du négliger...

"Chers disparus" est une bonne acquisition dans ma bibliothèque. Il est de ces livres qui nous font de bonnes surprises et j'aime ça!