Apothicaire

L'Apothicaire - Henri Loevenbruck - Ed. Flammarion version e-book- 744 pages

 


4ème de couverture:

"Il vécut à Paris en l'an 1313 un homme qui allait du nom d'Andreas Saint-Loup, mais que d'aucuns appelaient l'Apothicaire, car il était le plus illustre et le plus mystérieux des préparateurs de potions, onguents, drogues et remèdes..."

Un matin de janvier, cet homme découvre dans sa boutique une pièce qu'il avait oubliée... Il comprend alors que jadis vivait ici une personne qui a soudainement disparu de toutes les mémoires. 
L'Apothicaire, poursuivi par d'obscurs ennemis, accusé d'hérésie par le roi Philippe le Bel et l'Inquisiteur de France, décide de partir jusqu'au mont Sinaï. Entre conte philosophique et suspense ésotérique, L'Apothicaire est une plongée vertigineuse dans les mystères du Moyen Age et les tréfonds de l'âme humaine."

 

Il est difficile de résumer une intrigue surtout quand elle est qualifiée de la plus grande du Moyen-Âge, sans craindre de trop en dire.

Dès les premières pages du livre on trouve Andreas St-Loup sympathique et attachant malgré son caractère mystérieux et peu locace. Il nous emmène à travers Paris, Artenay, Orléans ... la route de Compostelle.

Parallèlement Aalis jeune fille de 14 ans quitte Béziers pour Bayonne, elle laisse derrière elle tristesse, désolation et mort.

L'Apothicaire se retrouve très vite accompagné de son apprenti Robin qui lui voue une loyauté sans faille.

C'est le chemin de ses trois personnages que le lecteur suit jusqu'en  Palestine.

 

Le style de l'auteur peut surprendre en début de lecture car chaque ville, chaque lieu fait l'objet d'une description très détaillée. Alors, c'est un précis d'histoire, d'architecture qui pour un lecteur néophyte peut être gênant mais s'il est curieux, il devient instructif; pour le lecteur plus averti, c'est une mine d'information. Puis par moment, le ton de l'auteur devient celui du conteur, avec ses remarques adressées directement au lecteur. 

J'ai été agréablement surprise par ce dernier aspect qui donne vie et pérennité au chemin que nous prenons alors tous ensemble: auteur, personnages et lecteur. C'est une belle réussite littéraire.

L'intrigue est bien ficelée et pleine de poésie au milieu de la cruauté et la trivialité médiévale, mais le récit est sans concession. 

Et finalement le lecteur fait sienne cette intrigue, s'y identifie sans doute...en tout cas je m'y suis identifiée, car il semblerait que nous portions en chacun de nous une part d'Andréas Saint-Loup , un Graal pour chacun qu'il nous faut poursuivre pour réaliser notre chemin.

 

Ce roman découvert fortuitement s'est révélé un coup de coeur que j'ai lu avec voracité!